18.9 C
CASABLANCA, MA.
17/10/2019
ACMRCI
ACTUALITÉS Algérie Flash Infos MONDE POLITIQUE SAHARA MAROCAIN

Introduction d’un recours pour traîner Brahim Ghali et quarante autres devant la justice Pour crime contre l’humanité

L’Organisation internationale pour la défense des droits humains et des libertés des Marocains du monde installée en Suède et connue sous l’abréviation (DRLM International) a introduit un recours auprès du Tribunal pénal international contre le chef du Polisario, Brahim Ghali, et 42 de ses lieutenants.
Cette annonce a été faite par Amal Boussaâda, présidente de ladite organisation, lors d’une conférence de presse organisée à Rabat. Elle accuse 43 dirigeants du Polisario de crimes de guerre et de violations des droits humains à l’égard de citoyens marocains victimes de torture.
L’intervenante qui s’exprimait en présence d’anciens détenus des geôles du Polisario, a indiqué qu’elle se charge de la défense des 42 victimes soumises aux tortures et différentes pratiques dégradantes et inhumaines. Et de préciser que la responsabilité de ces crimes de guerre  incombait à Brahim Ghali pour les avoir ordonnés ou exécutés. Madame Boussaâd a souligné que des conseillers  juridiques suivaient les plaintes contre les chefs du Polisario qui ont été reçues par le Tribunal pénal international considéré comme la plus haute instance de justice  internationale. Cette juridiction a émis un mandat de recherche contre Ghali, détenteur d’un passeport algérien sous de fausses identités pour voyager à travers les pays européens. Elle a également expliqué que l’intéressé est entré en Espagne pour soins médicaux avant de précipiter son retour de crainte de se faire arrêter.
La présidente de DRLM-International a indiqué qu’une plainte a été déposée contre Ghali et ses sbires auprès du tribunal africain des droits humains, à Addis-Abeba pour les faits dont ils sont accusés, à savoir, viol, séquestration et kidnapping considérés comme des violations des droits humains classées comme crimes de guerre. Et d’ajouter: « Notre objectif est de lui imposer un embargo international au point où il serait incapable de quitter les camps de Tindouf ».
Dans le même sillage, Amal Boussaâda a indiqué avoir adressé une correspondance au Premier ministre et au ministère des Affaires étrangères suédois sollicitant leur aide dans le cadre de cette plainte.

libération

Author: OUAZZANI C.

Articles Connexes

Laisser un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus