13.6 C
CASABLANCA, MA.
04/12/2021
ACMRCI
Non classé

Le ministère de la Santé déploie ses mesures anti-faux tests PCR

A nurse prepares an antigen speed test in a nursing home in Ammerschwihr, eastern France, Monday, Nov.9, 2020. So-called antigen tests are cheap and fast, but experts said at the time they are also less accurate than the standard PCR test, which detects even the tiniest genetic trace of the virus. Many governments including in France have started deploying them as a precursor to PCR tests. The antigen tests can give results in 15-30 minutes, and if they turn out positive, the patient is sent for a PCR test to confirm the result. (AP Photo/Jean-Francois Badias)
L’instauration du Pass-sanitaire permettra aux autorités portuaires ou aéroportuaires, via un appareil spécial, de vérifier si le test PCR présenté par le voyageur est authentique ou falsifié.
Le ministère de la santé veut verrouiller davantage le contrôle des tests PCR. L’objectif est de juguler les « problèmes des résultats discordants des tests de diagnostic de la Covid-19 causés pour différentes raisons », explique le département de Khalid Ait Taleb.
« Différentes raisons », dont certaines relevant du pénal. De nombreux cas de falsifications ont été épinglés par les forces de sécurité. Avec des arrestations à la clé, et des procès à prévoir. Ce volet curatif est dévolu à la justice. Le ministère de la Santé, lui, entend agir sur la partie préventive. Annoncée lundi, une série de mesures est en cours de déploiement sur l’ensemble des régions du Royaume.
Décision classique, les services du ministère procéderont au contrôle « des activités des laboratoires par des visites inopinées et par l’évaluation externe de la qualité de l’analyse ». Sachant que ces établissements sont régulièrement audités par des « commissions spécialisées ». Jugés non conformes, certains ont été sanctionnés.
Une des décisions vise les appareils utilisés par les laboratoires. L’administration de tutelle va revoir la procédure de vérification « des réactifs à usage de diagnostic in vitro en les soumettant aux évaluations par des laboratoires désignés ».
Dans les faits, le suivi « est régulier depuis le début de la pandémie. Les laboratoires utilisent généralement le même appareillage dont nous maitrisons le fonctionnement », assure une source au ministère, contactée par Médias24.
« Une commission au sein de la direction du médicament se réunit tous les trois mois pour livrer des autorisations pour enregistrer les réactifs. L’enregistrement d’un seul appareil est précédé par plusieurs étapes pour la vérification de sa conformité », ajoute notre interlocuteur.
Cette procédure déjà en place, sera dorénavant renforcée.  « La commission soumettra les réactifs à des laboratoires spécialement choisis par le ministère. Les entités sélectionnées procéderont à des évaluations selon un protocole national ».
Tests pour les voyages internationaux : Des laboratoires spécialement agréés
La polémique est partie des faux tests relevés lors de tentatives de sortie du territoire. Une des mesures intervient à ce niveau. Parmi les laboratoires autorisés, seuls ceux disposant d’un « agrément » pourront désormais « réaliser les tests de diagnostic pour les personnes voyageant à l’étranger au niveau de chaque province ».
Cela sous-tend l’ « évaluation » préalable du laboratoire. Pour l’heure, des laboratoires publics ont été soumis à un contrôle, dont un avec la collaboration de l’Organisation mondiale de la santé. Ils ont reçu des échantillons qu’ils testent avant de renvoyer les résultats pour vérification ».
Les conclusions préliminaires tomberont dans les prochains jours. « Les critères de sélection reposeront sur la précision des résultats des tests ainsi qu’aux qualités de management des entités auditées », nous dit notre source.
Pass-sanitaire 
Pour le reste, le ministère table sur « l’utilisation exclusive de la plateforme « E-Labs » du Ministère par ces laboratoires pour la centralisation et la communication des résultats de tests.
Aujourd’hui, « tous les laboratoires opérationnels pour le Covid-19 ont un code E-Labs. C’est une plateforme très bien contrôlée où sont enregistrés tous les résultats des tests », nous dit la même source. C’est de là que l’on puise des données épidémiologiques telles que le nombre de cas positifs etc.
Ce qui nous ramène à une mesure phare : « Le E-Labs sera désormais relié directement au portail Liqahcorona.ma. Une fois le résultat validé par le laboratoire puis par E-Labs, il générera automatiquement un Pass-sanitaire sur ce même portail », explique notre interlocuteur.
Ce dispositif – à ne pas confondre avec le Pass vaccinal – servira notamment lors des contrôles à la sortie du territoire.  L’objectif est de faire face aux cas de falsification. « Les autorités portuaires ou aéroportuaires pourront, via un appareil spécial, vérifier si le test PCR présenté par le voyageur est authentique ou falsifié ».

médias 24

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus