13 C
CASABLANCA, MA.
18/11/2019
ACMRCI
ACTUALITÉS AFRIQUE Algérie MONDE POLITIQUE SAHARA MAROCAIN SOCIETE

Tajeddine El Husseini : “Le Maroc est passé d’une logique défensive à une stratégie offensive”

Fin connaisseur de la question du Sahara marocain, le professeur universitaire nous livre dans cette interview sa lecture de la situation de ce dossier à la lumière des différents développements qui pointent à l’horizon. 

Challenge : En Algérie, Amar Saâdani, ancien Secrétaire général du FLN, a créé la surprise, le jeudi 17 octobre 2019, en se prononçant à contre-courant de la position officielle du pays sur la question du Sahara Occidental. Il estime que le territoire dont la souveraineté est contestée par le Polisario revient historiquement au Maroc. Quelle analyse faites-vous de cette sortie de Saâdani qui rejoint ainsi d’autres formations politiques, notamment islamistes, qui se sont exprimées dans le même sens ?

Tajeddine El Husseini : Ce qu’a dit Amar Saâdani n’est pas nouveau en ce qui concerne la position de l’intelligencia et des intellectuels algériens. Personnellement, j’ai eu l’occasion de participer à de nombreuses conférences internationales avec des Américains et autres et de rencontrer des intellectuels algériens. Et dans leur grande majorité, ils ont presque tous la même position, c’est-à-dire que le Sahara est marocain, et ce que l’Etat en Algérie est en train de mettre en œuvre comme politique de voisinage n’est pas acceptable dans aucun pays du monde entier. A tel point, qu’ils donnent souvent l’exemple de la Corée du Sud et du Nord qui ont fini par coopérer et exploiter même les frontières de part et d’autre, en tant que zones d’investissement et de prospérité économique.

Amar Sâadani est un homme de principe qui a exprimé sa position. Il faut rappeler qu’en 2015, dans une interview qui a été réalisée par une chaîne de télévision (Nahar) qui a toujours pris position contre le Maroc, il avait bel et bien déclaré qu’il a sa position sur cette question et qu’il ne pouvait pas le dire dans cette interview, car il risquait d’entrainer des protestations dans la rue. Et donc en 2019, je pense qu’il a senti que le moment est arrivé pour le dire publiquement, et il l’a fait. Il a aussi dénoncé dans cette interview les dépenses colossales que l’Etat algérien faisait au nom du peuple algérien, en faveur de ce soi-disant «mouvement de libération», qui est là depuis pas moins de 50 ans, au lieu de satisfaire les besoins des populations dans certaines villes qui vivent des situations de pauvreté absolue. Je pense que la position de Saâdani va changer beaucoup de choses au sein des partis politiques algériens, les associations de la société civile et surtout au sein des intellectuels ou même au sein des nationalistes. Il a d’ailleurs parlé du Grand Maghreb en disant que les nationalistes algériens et marocains ont pris des positions très avancées.

Challenge

Author: OUAZZANI C.

Articles Connexes

Laisser un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus