19.1 C
CASABLANCA, MA.
2 octobre 2022
ACTUALITÉS AFRIQUE Flash Infos MONDE POLITIQUE

Kigali : Trois anciens chefs d’État africains parrains du prochain Congrès de l’APAC

Le gouvernement du Rwanda dévoile 3 anciens chefs d’État africains comme parrains du prochain Congrès inaugural des aires protégées d’Afrique (APAC). Les trois anciens chefs d’État sont Hailemariam Desalegn – ancien Premier ministre de l’Éthiopie ; Issoufou Mahamadou – ancien président du Niger et Festus Mogae – ancien président du Botswana
Le Congrès APAC, qui devrait être le tout premier rassemblement de dirigeants, de citoyens et de groupes d’intérêt africains à l’échelle du continent, vise à discuter du rôle des aires protégées dans la conservation de la nature, la sauvegarde de la faune emblématique de l’Afrique, la fourniture de services écosystémiques essentiels à la vie, la promotion développement durable tout en préservant le patrimoine culturel et les traditions de l’Afrique.
Dans son discours d’acceptation lors de l’inauguration, Hailemariam Desalegn a déclaré : « L’ APAC présente une opportunité sans précédent de tracer une voie qui équilibre la croissance économique avec la conservation du capital naturel de l’Afrique. Cela devra se faire par le biais de choix stratégiques et d’investissements motivés par les meilleures connaissances disponibles et une réflexion à long terme. Je suis donc très heureux et honoré de me joindre à mes pairs pour mener cette conversation par le biais de notre parrainage. Le potentiel de l’Afrique est énorme, et nous pensons que ce Congrès sera un tremplin vers la réalisation de nos objectifs de 2063 en tant que continent.
L’UICN-APAC est organisée par la Commission mondiale de l’UICN sur les aires protégées en partenariat avec des agences gouvernementales et des organisations de conservation avec le soutien de partenaires de développement, d’entreprises, de communautés et des médias.
Dans une vidéo d’acceptation, Issoufou Mahamadou a déclaré : « La capacité des dirigeants à tous les niveaux à faire preuve de discernement et à se responsabiliser est essentielle pour façonner les décisions qui affecteront l’avenir de l’Afrique. APAC cherche délibérément à favoriser des dialogues qui construisent et autonomisent la génération actuelle et la prochaine génération de dirigeants pour réaliser un avenir africain où la biodiversité est valorisée comme un atout qui contribue au développement. C’est pourquoi je suis très heureux et ravi d’accepter ce poste honorifique de parrain du congrès inaugural qui vise à changer le visage de la conservation et à être le fer de lance des efforts d’atténuation du changement climatique à grande échelle.
L’APAC présente une opportunité sans précédent de tracer une voie qui équilibre la croissance économique avec la conservation du capital naturel de l’Afrique
Festus Mogae dans sa vidéo d’acceptation a réaffirmé que : « L’APAC doit être un tournant pour la relation entre la communauté mondiale et les institutions africaines. En tant qu’Africains, nous reconnaissons le rôle central que la communauté mondiale et les organisations internationales ont joué au cours des 60 dernières années. Il est nécessaire que les communautés et les institutions africaines soient activement impliquées dans le programme de conservation pour l’appropriation et l’intégration dans les aspirations et la vision de l’Afrique que nous voulons. Je suis ravi d’accepter mon rôle en tant que l’un des parrains du prochain Congrès des aires protégées d’Afrique pour assurer la représentation des communautés africaines à ce moment crucial de notre histoire africaine.
Membre de l’UICN depuis 2016, le Rwanda est fier d’assumer le rôle de leader mondial de la conservation et de devenir le premier pays africain à accueillir le Congrès des aires protégées africaines de l’UICN. Au fil des ans, le Rwanda a fait preuve de leadership et de vision dans la définition d’une vision de croissance au Rwanda qui soutient les personnes et la nature.
S’exprimant lors du dévoilement des mécènes de l’APAC, la ministre de l’Environnement du Rwanda, le Dr Jeanne d’Arc Mujawamariya a déclaré : « Il est essentiel que toutes les nations et tous les dirigeants africains parcourent ce voyage ensemble. Le Congrès des aires protégées d’Afrique intervient à un moment où l’attention mondiale est croissante sur notre relation tendue avec la nature. Nous n’investissons pas assez dans les systèmes naturels dont nous dépendons. 700 milliards de dollars US supplémentaires sont nécessaires chaque année pour la biodiversité, soit moins de 1 % du PIB mondial. L’Afrique dépense moins de 10% de ce qui est nécessaire pour protéger et restaurer la nature. Les aires protégées doivent avoir accès aux financements nécessaires à une gestion efficace et remplir ainsi leur rôle de protection essentielle de la biodiversité et de services écosystémiques pour les populations et le développement.
Le congrès est ancré sur trois thèmes clés, les aires protégées, les populations et la biodiversité, car il cherche à favoriser délibérément des dialogues qui construisent et autonomisent la génération actuelle et la prochaine génération de dirigeants pour réaliser un avenir africain où la faune et les terres sauvages sont valorisées comme un atout qui contribue à développement.
S’exprimant également lors du lancement, le PDG de l’AWF, Kaddu Sebunya, a déclaré : « Sous la direction du président Paul Kagame aux côtés des trois mécènes et anciens chefs d’État, nous sommes convaincus que l’APAC offrira la meilleure opportunité d’améliorer le sort de la conservation et des aires protégées à travers les dirigeants du continent. C’est pourquoi, à l’AWF, nous nous sommes donné pour principale responsabilité de soutenir les gouvernements africains et les personnes désireuses de tracer un avenir qui englobe la faune et les terres sauvages, d’où notre partenariat avec le gouvernement du Rwanda et de nombreux gouvernements à travers le continent. Nous pensons qu’avec sa riche diversité biologique, l’Afrique joue un rôle essentiel dans les efforts mondiaux de conservation et que la conservation de la biodiversité est plus efficace lorsque nous maintenons des écosystèmes sains, fonctionnels et intacts.
Grâce au congrès, il y a un nouvel espoir d’obtenir l’engagement des dirigeants africains en faveur de la création d’une voix africaine unifiée dans la conservation qui valorisera les peuples africains et la nature grâce à des aires protégées efficaces.
Dans son allocution, le directeur régional de l’UICN pour l’Afrique orientale et australe, Luther Anukur , a déclaré : .ly/3rHuHNw) – Positionnant la nature et le climat comme les deux faces d’une même médaille, les aires protégées et conservées jouent un rôle important dans la sécurisation de la résilience des écosystèmes dont dépendent les économies et les populations africaines. L’APAC est un effort conjoint de dirigeants africains et de multiples partenaires cherchant à contribuer à l’Agenda 2063 de l’Union africaine d’une Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène internationale. Avec l’engagement du gouvernement du Rwanda d’accueillir l’événement et le leadership de Paul Kagame aux côtés d’autres dirigeants africains, il ne fait aucun doute que le premier Congrès africain des aires protégées sera un succès.
L’objectif primordial du Congrès des aires protégées d’Afrique de l’UICN (APAC) est de positionner les aires protégées et conservées d’Afrique dans le cadre des objectifs plus larges de développement économique et de bien-être communautaire et d’accroître la compréhension du rôle vital que jouent les parcs dans la conservation de la biodiversité et la fourniture de la services écosystémiques qui sous-tendent le bien-être humain et les moyens de subsistance. Le congrès Asie – Pacifique organisée conjointement par le gouvernement du Rwanda, AWF et l’ UICN auront lieu lors de la conférence de Kigali Centre à Kigali, au Rwanda du 7 e au 12 e 2022 Mars.

Maroc diplomatique

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus