12.3 C
CASABLANCA, MA.
28 janvier 2023
ACTUALITÉSAFRIQUEAlgérieMONDEPOLITIQUESAHARA MAROCAINSOCIETE

Sahara : «La Belgique pour une solution de paix» sans être «pro-Maroc et anti-Algérie»

Pour Hugues Bayet, député socialiste au Parlement belge et président du Comité belge de   soutien au plan d’autonomie marocain au Sahara (COBESA) qui organise, la semaine         prochaine un colloque sur le sujet, la Belgique s’est enfin «positionnée» et exprime son        «vœu d’avancer» sur ce dossier.
La Belgique s’est «enfin et clairement positionnée» en exprimant «son vœu d’avancer» sur le dossier du Sahara, s’est félicité le député du Parti socialiste (PS) et président du Comité belge de soutien au plan d’autonomie marocain au Sahara (COBESA), Hugues Bayet. Dans une déclaration à Yabiladi ce vendredi, l’élu belge a estimé que cette nouvelle position incite à ce «qu’on travaille dans le cadre défini par l’ONU et sur la base du plan d’autonomie proposée par le Maroc, qui nous semble être une proposition sérieuse et crédible pour trouver un accord qui puisse satisfaire toutes les parties et ramener la paix dans cette région du Maghreb».
Hier, lors d’une conférence avec son homologue marocain Nasser Bourita, Hadja Lahbib, cheffe de la diplomatie belge, a affirmé que son pays considère le Plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 comme «un effort sérieux et crédible» et «une bonne base d’une solution acceptée par les parties». Une position claire de la Belgique  Hugues Bayet se réjouit «d’abord pour la population qui habite là-bas mais aussi pour le développement social, économique, politique et culturel pour cette grande région du Maghreb qui est importante pour le monde entier». «La position ajoute la Belgique à la liste des pays voulant collaborer pour cette finalité» et qui «sont maintenant relativement nombreux», déclare-t-il. «Pour nous au Parti socialiste, nous avons toujours plaidé pour essayer de trouver une solution acceptable pour tout le monde. Nous voulions vraiment avancer sur ce dossier. Nous vivons en Europe et avec l’Ukraine, nous savons à quel point les conflits sont problématiques», rappelle l’élu PS, en ajoutant que sa formation politique a «toujours œuvré pour faire en sorte que la Belgique ait une position claire».
«Cela a pris du temps, car nous venons de changer de ministre des Affaires étrangères pour des raisons internes. Cependant, tous les Socialistes sont très heureux de voir que la Belgique se prononce enfin et rejoint tous les pays européens, comme l’Allemagne, la France et les Pays-Bas mais aussi l’Espagne et d’autres pays du monde comme les Etats-Unis. Il a fallu un peu de temps mais nous y sommes arrivés.»
Hugues Bayet
Pour le président du COBESA, il s’agit d’une évolution importante «car pour le Royaume de Belgique, le Royaume du Maroc est un partenaire essentiel». «L’année dernière, nous avons fêté les 150 ans d’accords bilatéraux entre les deux pays. Il était plus le temps que nous ayons une position par rapport à cette question», insiste-t-il. Un colloque international sur le plan d’autonomie au Sahara Hugues Bayet souligne aussi que «l’objectif n’est pas d’être pro-Maroc ou anti-Algérie mais de trouver une solution de paix». «Pour cela, il faut s’asseoir autour d’une table et arrêter de s’invectiver. De plus en plus de pays dans le monde veulent aider à trouver une solution pour cette région», déclare-t-il.
«L’Algérie et le Polisario devraient aussi probablement changer leurs fusils d’épaule et essayer d’être plus constructifs dans l’intérêt des populations de la région.»
Hugues Bayet
Jeudi 27 octobre, le COBESA compte d’ailleurs organiser un colloque international au Palais des Académies à Bruxelles sur les enjeux et perspectives de l’initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara. «Nous organisons ce colloque car nous sommes beaucoup de personnes d’horizons différents, du monde académique, politique, culturel et économique à estimer que cette région doit avoir un vrai développement social, économique, culturel et politique», explique le président du comité. «Malheureusement, beaucoup de Belges ne connaissent pas bien la problématique du Sahara. L’objectif est ainsi d’expliquer aux gens quelle est la proposition du Maroc dans le cadre du plan d’autonomie, ce qui est sur la table, ce qui peut être négocié, à quoi cette proposition se compare-t-elle, etc.», détaille-t-il, en annonçant que «plusieurs experts indépendants et académiques viendront donner leurs points de vue afin d’alimenter la compréhension des Belges».
yabiladi

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus