19 C
CASABLANCA, MA.
28 mai 2024
ACTUALITÉSFlash InfosgouvernementMONDEPOLITIQUESOCIETE

RÉSOLUTION DU PE: L’ÉTAT PROFOND FRANÇAIS CRITIQUÉ

Le président de la Commission parlementaire mixte Maroc-Union européenne, Lahcen Haddad, s’est dit, mardi à Rabat, étonné par le revirement brusque de la position de certains parlementaires français, lequel a permis l’adoption, d’une manière unilatérale et irresponsable, de la dernière résolution du Parlement européen (PE) à l’encontre du Maroc.
”Le soutien des Libéraux français proches de la présidence française à cette résolution ainsi que leur adhésion à son contenu et leur plaidoyer en sa faveur ont suscité l’étonnement de la partie marocaine qui considérait jusque-là les Français comme des alliés”, a précisé M. Haddad qui était l’invité du Forum de la MAP, organisé sous le thème ”Résolution du Parlement européen : un contournement de tous les mécanismes institutionnels de dialogue et de coordination et une politisation d’affaires qui relèvent du domaine judiciaire”.
M. Haddad, expert international en gestion stratégique, démocratie, gouvernance, immigration et développement, a expliqué ce revirement brusque par le fait qu”’une partie de l’État profond français est agacée par les victoires diplomatiques et sécuritaires du Maroc et a instrumentalisé cette crise, tout comme auparavant les +fake news+ au sujet de l’utilisation du logiciel Pegasus, pour inciter les Libéraux français à soutenir cette résolution”.
Et d’estimer qu’il est fort probable que ce sont ces forces qui ont impliqué le Maroc dans l’affaire dite du ”Qatargate” en dépit de l’absence de preuves, assurant que l’État marocain adoptera une attitude appropriée face à ce revirement quelle que soit sa nature, conjoncturelle ou encore structurelle.
”Je souhaite que l’État français soit conscient de la gravité de la situation. Si des parties de l’État il y a, qui visent le Maroc à travers leurs manoeuvres ourdies, cela dénote une irresponsabilité pouvant engendrer des conséquences fâcheuses”, a-t-il poursuivi, appelant la France à privilégier la transparence et la clarté dans ses relations avec le Maroc, irréprochable jusque-là à son égard.
Évoquant les changements dans les attitudes des groupes parlementaires au sein du Parlement européen, cet universitaire, qui enseigne dans des universités nationales et internationales, a fait remarquer que le groupe centriste au sein du PE comptait parmi les alliés du Maroc et s’élevait contre les résolutions hostiles au Royaume, mais les surenchères électoralistes entre les groupes parlementaires et autres accusations de corruption ainsi que les attaques orchestrées par le groupe aux ordres de l’Algérie ont fait que certains ont été contraints d’émettre des réserves alors que d’autres ont cédé à la panique.
En revanche, les eurodéputés espagnols ont fait montre de courage et de clairvoyance, refusant de sacrifier le partenariat stratégique solide entre le Maroc et l’Espagne sur l’autel de positionnements irréfléchis sans lendemain, a-t-il affirmé, tout en relevant des dysfonctionnements au sein de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE en raison d’obstacles dressés par des membres agissants parmi la partie européenne. Cette démarche, a-t-il dit, a sapé les mécanismes de coopération mis en place depuis 2008.
Selon lui, cette résolution irréfléchie “a fait passer à la trappe toutes les actions communes menées par la Commission parlementaire mixte Maroc-UE avec nos homologues européens”, citant nommément les coupables à l’origine des blocages, en l’occurrence Antonio Panzeri et Andrea Cozzolino (ancien et actuel présidents de la commission du côté européen) et leur adjoint Francesco Giorgi, et Marie Arena, présidente de la sous-commission des droits, cités parmi les accusés de corruption, les uns en détention et les autres recherchés par la justice belge.
Relevant que l’adoption de cette résolution sans concertation avec la Commission parlementaire mixte Maroc-UE est une ”fuite en avant”, M. Haddad a fait savoir que certains homologues européens au sein de la Commission ”n’ont pas voulu travailler avec les parlementaires marocains. Pire, ils ont dressé des obstacles pour mettre au point mort cette institution de concertation, poussant les députés marocains au sein de cette Commission à agir de manière individuelle avec des groupes et des députés européens, ce qui a permis aux parlementaires marocains d’être fortement présents au sein du PE pour défendre les intérêts suprêmes du Royaume.
Il a estimé, à ce propos, qu’il aurait été plus judicieux de mettre à contribution ce cadre de concertation si les responsabilités étaient confiées à des personnes à la hauteur de la mission, appelant le Parlement européen à clarifier sa vision au sujet des parties européennes qui travaillent au sein de la commission parlementaire mixte.
Le travail sérieux mené par la Commission et ses alliés européens en vue de jeter la lumière sur les questions relatives aux droits de l’homme au Maroc et de mettre à nu les violations flagrantes de ces droits en Algérie et à Tindouf a suscité la frustration des ennemis de l’intégrité territoriale du Maroc, qui ont tenté d’instrumentaliser la crise du PE dont certains membres sont accusés de corruption.
Par ailleurs, M. Haddad a affirmé que la Commission parlementaire mixte a réalisé des victoires durant une année et demie d’action, puisqu’elle a réussi à avorter toutes les tentatives d’adoption ou d’amendement de rapports contre le Maroc, tout comme elle a contribué, grâce à son travail de communication et de plaidoyer, à conscientiser davantage les eurodéputés quant à la gravité de la situation des droits de l’Homme à Tindouf et en Algérie, ce qui a provoqué la colère du lobby pro-algérien au sein du PE.
Il a aussi fait état de l’existence de centres et de parlementaires payés par l’Algérie au sein de cette institution européenne rien que pour attaquer le Maroc, citant en particulier les membres du groupe illégal de soutien au polisario, qui n’ont d’autre visée que de chercher à porter atteinte à l’image du Maroc à travers l’instrumentalisation des dossiers des droits de l’Homme, de l’exploitation des ressources naturelles et de la liberté de la presse, entre autres.
Dans ce cadre, M. Haddad a rappelé une série d’attaques anti-marocaines au sein du PE en 2022, faisant savoir que les parties hostiles au Royaume ont soumis pas moins de 112 questions visant le Maroc et tenté à 18 reprises d’apporter des amendements à l’encontre de ses intérêts, sachant que 424 tentatives hostiles au Royaume ont été relevées depuis 2016.
Après avoir indiqué que trois projets de résolution ont été consacrés seulement au cas Omar Radi en 2022, il a souligné que le travail de la Commission avec les eurodéputés a empêché l’adoption des ces textes, se félicitant des efforts déployés par les parlementaires marocains à ce sujet.

map

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus