19.2 C
CASABLANCA, MA.
7 octobre 2022
ACTUALITÉS AFRIQUE MIGRATION MONDE POLITIQUE SOCIETE

Sahara: Le cadeau empoisonné de González Laya

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a fait au Maroc une offre “conciliante” en apparence, mais odieusement perfide, au fond. “Nous voulons une solution négociée (au conflit du Sahara) dans le cadre des Nations unies. Dans ce cadre, on est prêt à considérer toute solution que le Maroc proposerait“, a-t-elle affirmé dimanche au quotidien La Vanguardia.
González Laya semble oublier que la proposition du Maroc avait été mise sur la table des Nations unies en avril 2007: l’Initiative du Maroc pour l’octroi d’un statut d’autonomie pour le Sahara. Elle semble oublier aussi que cette proposition jugée “crédible” et “sérieuse” par le Conseil de sécurité, avait été à l’origine du lancement  du processus de Manhasset, aux États-Unis, en vue de trouver une issue politique négociée au Sahara.
À quelle autre proposition fait donc référence la très sournoise González Laya? Faut-il lui préciser que depuis 2002, l’instance décisionnelle de l’ONU a enterré définitivement le “référendum d’autodétermination” et que cette option éculée, de surcroît impraticable, n’est plus inscrite à l’agenda des Nations unies?
On ne sait pas si González Laya a pris le temps de “bien lire et comprendre” les différentes résolutions du Conseil de sécurité pour réaliser qu’en instant sur “une solution réaliste et pragmatique”, la plus haute instance de l’ONU a balayé d’un revers de manches la thèse surréaliste, fantaisiste, prônée par Alger, véritable marionnettiste du “polisario”.
L’autonomie convenue de façon consensuelle, ne peut être envisagée que dans le cadre de la souveraineté du Royaume du Maroc, pleine, pérenne, inaliénable et ne souffrant aucun marchandage, et ce, dans le respect de son unité nationale intangible et de son intégrité territoriale une et indivisible“, avait précisé le Roi Mohammed VI, dans son mémorable discours du 22 mars 2013, à l’occasion du 8-ème anniversaire de l’accession du Souverain au Trône.
Vous avez bien lu: “La souveraineté du Royaume du Maroc ne souffre aucun marchandage“.
González Laya qui a dit sans rougir en décembre 2020, au lendemain de la reconnaissance américaine de la souveraineté pleine et entière du Royaume du Maroc sur ses Provinces sahariennes, que “l’Espagne a des intérêts au Sahara occidental“, se trompe donc lourdement. Elle doit savoir que “le Sahara est une question d’existence et non une question de frontières“.
L’offre qu’elle vient de faire excipe d’un esprit fourbe, elle pue aussi la malveillance et du coup, elle est nulle et non avenue.  

le collimateur

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus