20.2 C
CASABLANCA, MA.
24 juin 2024
ACTUALITÉSAFRIQUEAlgérieFlash InfosMONDEPOLITIQUESAHARA MAROCAINSOCIETETECHNOLOGIE

Des drones iraniens désormais en Afrique du Nord menacent le Maroc

Les drones sont les nouvelles armes de guerre, ce qui oblige à repenser les tactiques militaires et la structure des forces. Ils apportent une réalité particulièrement meurtrière à la guérilla, posant une menace existentielle sur de nombreux théâtres, notamment au Moyen-Orient. Les villes sont sans défense.
Désormais, des drones iraniens sont déployés en Afrique du Nord, menaçant directement le Maroc.
Les diplomates marocains soulèvent activement la question auprès des gouvernements occidentaux. L’Iran, disent-ils, en collusion avec l’Algérie, approvisionne les rebelles du Front Polisario qui sont engagés dans des attaques de guérilla contre le Maroc à propos de la position du royaume au Sahara Occidental.
Alors que le monde était hypnotisé par son programme nucléaire, l’Iran s’est imposé comme un puissant fournisseur de drones militaires aux insurgés du monde. Notamment, bien sûr, à la Russie pour une utilisation en Ukraine mais aussi à ses mandataires à travers le Moyen-Orient.
L’expérience de l’Iran avec les drones remonte à la guerre que l’Iran et l’Irak ont ​​menée entre 1980 et 1988. À cette époque, les drones étaient en visibilité directe, simplistes et uniquement bons pour la surveillance.
Depuis, l’Iran a construit des générations de drones, grands et petits, mais de plus en plus sophistiqués. Ils ont été aidés par des drones américains capturés, qu’ils ont repensés en incorporant les dernières technologies.
Des moteurs et des pièces ont souvent été introduits en contrebande en Iran depuis l’Occident. Par exemple, des moteurs capables d’alimenter des drones ont été introduits en contrebande en Iran en les déclarant pour des jet-skis ou des motoneiges. C’était le cas avec le moteur Rotax de fabrication autrichienne jusqu’à ce que le subterfuge soit détecté.
L’armée iranienne prétend que son complexe industriel de défense peut fabriquer les moteurs et toutes les pièces de ses drones dans le pays. D’une manière ou d’une autre, l’Iran fournit désormais une gamme impressionnante de drones avec de grands temps de flânerie et de longues distances de livraison.
Ilan Berman, vice-président senior de l’American Foreign Policy Council, m’a dit que l’Iran est arrivé à la conclusion que sa force n’est pas dans la concurrence de force contre force mais dans l’aide aux conflits asymétriques, « c’est pourquoi ils ont dépensé tant d’argent et temps sur le terrorisme, et tant d’argent et de temps sur les missiles balistiques. Ensuite, ils ont trouvé les drones comme l’évolution de cette stratégie précisément.
Le Maroc a raison de s’inquiéter de sa nouvelle vulnérabilité. Les drones, même s’ils ne gagnent peut-être pas une guerre, peuvent infliger de graves dommages à diverses cibles, des centres touristiques aux installations militaires en passant par les réseaux électriques vitaux et les centrales électriques.
Les drones sont légers, bon marché et facilement transportables et cachés. La génération actuelle de drones iraniens peut transporter des charges balistiques substantielles, flâner jusqu’à 24 heures et renvoyer du matériel vital sur des infrastructures critiques.
Une course aux armements par drones est en cours au Moyen-Orient. Après l’Iran, le plus grand fabricant de drones de la région est la Turquie – même des pays petits mais riches comme les Émirats arabes unis développent des capacités de fabrication de drones. Les drones turcs ont joué un rôle crucial dans le récent conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et ont été utilisés par les deux parties dans le conflit libyen.
Ce qui manque, ce sont des défenses adéquates contre les attaques de drones, qu’il s’agisse d’assauts simples ou d’essaims conçus pour causer des dégâts importants.
Berman a déclaré que le seul système défensif efficace contre les drones est le « Iron Dome » israélien, construit avec la technologie israélienne et assisté et financé par les États-Unis.
Jusqu’à présent, Israël a hésité à vendre Iron Dome, qui attrape des projectiles volant à basse altitude tirés à une distance aussi proche que 2,5 milles du lieu d’interception. Il s’agit d’un dispositif de défense portable complexe, basé sur un radar, conçu pour détruire les roquettes et les drones en provenance de Gaza et de ses voisins, la Syrie et le Liban, qui hébergent tous deux des mandataires iraniens non étatiques.
Berman pense que le Maroc étant signataire des accords d’Abraham, Israël pourrait vendre le système Iron Dome au Maroc, mais cela prendrait des années de négociation et les ventes sont soumises à un veto américain.
À l’heure actuelle, la stratégie du Maroc consiste à alerter le monde sur l’évolution de la dynamique dans la région et sur la vulnérabilité de presque tous les pays aux attaques de drones – un nouvel ajout à la guérilla et une vulnérabilité mortelle de pays comme le Maroc, où l’État et les non-acteurs peut semer la pagaille sans gagner sur le terrain.
« Ce que les Iraniens apportent à la table, c’est qu’il est connu qu’ils sont le principal État sponsor du terrorisme au monde, se déplaçant maintenant en Afrique, renforçant la capacité de leurs groupes mandataires », a déclaré Berman.
Le Maroc a raison d’être inquiet, mais le monde aussi. Les drones sont une infection mortelle qui se propage rapidement.

DC  JOURNAL

photos ACMRCI

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus