24.6 C
CASABLANCA, MA.
7 octobre 2022
ACTUALITÉS AFRIQUE Flash Infos MIGRATION MONDE SOCIETE VOYAGE

ENTRETIEN AVEC SALEM FKIRE, président de l’association Cap Sud MRE

« Nous espérons que cette plateforme apportera les simplifications          nécessaires aux MRE »

Le ministère chargée des Marocains résidant à l’étranger a annoncé le lancement d’une plateforme numérique qui offre des services juridiques aux MRE, pour la période du 15 juin au 15 septembre 2021, en partenariat avec le ministère de la Justice et le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire.
Comment avez-vous accueilli le lancement de cette plateforme?
Notre association travaille depuis 2011 sur la problématique des spoliations de terrains. Dans nos conventions, nous avions demandé aux différents responsables politiques, en l’occurrence Abdelilah Benkirane, Chef du gouvernement à l’époque, et à Nouzha El Ouafi, ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, de créer un guichet unique regroupant plusieurs procédures administratives. Nous nous réjouissons donc du lancement de cette plateforme et espérons qu’elle sera efficace, efficiente, pérenne et apportera les simplifications nécessaires aux MRE.
Quelles sont les principales problématiques judiciaires rencontrées par les MRE?
La plus grosse problématique reste la spoliation de terrains. Mais, depuis quelques années, on a constaté que les problèmes liés aux héritages sont de plus en plus récurrents. Nos parents ont acquis des biens, souvent sans titres puisqu’à l’époque il n’en existait pas, souvent utilisés par des membres de la famille. Après leur décès, on constate une réquisition automatique des biens par ces gens, qui font appel à des témoins qui se basent sur les coutumes pour essayer de confirmer leurs dires.
J’espère, justement, que cette plateforme va permettre aux MRE, sans qu’ils aient besoin de se déplacer, d’avoir un réel soutien de leur ministère de tutelle, du ministère de la Justice, et du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) sur ces questions. Le problème des Marocains de la diaspora, c’est leur méconnaissance des lois marocaines et les contraintes temporelles pour se familiariser avec ces textes.
Concrètement, qu’attendez-vous de la justice marocaine?
Il est important d’avoir une réelle justice avec des juges qui rendent le droit. Dans les dossiers de spoliations, on constate notamment de faux témoignages et faux et usages de faux. C’est à elle de démêler le vrai du faux pour rassurer les MRE dans ces gros dossiers qui ont notamment occasionné des morts d’hommes, en particulier chez des «Chibanis», à qui la justice a dépossédé de leurs terres.
Au-delà même de cette plateforme, nous devons disposer de responsables juridiques dans nos ambassades pour nous faciliter les démarches administratives et judiciaires. Nous avions justement proposé un déploiement du guichet unique des procédures administratives dans tous les ambassades et consulats du Maroc pour alléger les procédures au MRE et leur permet d’effectue le suivi de leurs dossiers dans leurs pays de résidence.

MarocHebdo

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus