20.4 C
CASABLANCA, MA.
29 mai 2022
ACTUALITÉS AFRIQUE Algérie Flash Infos MONDE POLITIQUE SAHARA MAROCAIN SOCIETE

Journalistes aux puces…

Il y a des moments dans l’histoire d’un pays où le citoyen range ses critiques et sa philosophie démocratique dans un tiroir et se gare derrière les consignes de ses institutions gouvernantes.
Les lumières sont alors éteintes et l’heure est au repos de l’esprit.
Il est vrai que la liberté de penser ou celle de s’exprimer s’inscrivent dans les voies impénétrables des libertés individuelles. Mais comme chaque règle a son exception et chaque fait, sa particularité, le nationalisme et la citoyenneté doivent quelques fois prévaloir sur nos propres libertés absolues.
Car si l’égoïsme est particulier, la citoyenneté elle, est commune.
Et si la liberté est personnelle, la discipline elle, est collective.
En faisant aujourd’hui une petite recherche sur l’actualité attachée à cette fameuse affaire Pegasus, je suis tombé par coïncidence sur un article de Ali LAMRABET. Ce journaliste marocain qui a voulu s’inscrire parmi les opposants acerbes aux institutions gouvernantes du Maroc mais aussi en tant qu’ennemi orthodoxe de son propre pays.
Cet expert contredisant que je n’oserais point qualifier de journaliste, puisque ce noble métier suppose une parfaite neutralité par rapport au sujet traité, s’est élancé dans une analyse de l’affaire Pegasus, le moins qu’on puisse dire, de manière très hostile au Maroc.
Il a voulu ainsi établir un lien directe entre la mise sous écoute du Président Français Emmanuel Macron par la DST Marocaine et SM le Roi Mohamed VI. Pour cet informateur, qui s’est érigé en juge et partie, le Roi devait certainement être au courant de ces actes d’espionnage, omettant au passage de se rappeler que le rapport Pegasus des talentueux acteurs journalistes français, rapporte aussi la mise sous écoute de Mohamed VI lui même au moyen de ce même logiciel.
Il a ensuite poursuivi dans sa cabale dénigreuse en affirmant que pour se défendre contre un fait, qu’il juge accompli et certain, le Maroc a choisi l’attaque. Et comme les moyens d’accusation de son réquisitoire ne suffisaient pas pour déverser toute sa haine marocophobe, il ajoute que les plaintes déposées par le Maroc contre les malfrats des médiats français sont irrecevables. Et pour corroborer enfin ses dires, ‏Lamrabet se réfère à l’affaire de son acolyte allié dans sa lutte contre son propre pays, le non moins sulfurant Zakaria Moumni. Pour Lamrabet, la plainte qui avait été déposée par l’Etat Marocain contre ce boxeur pour diffamation avait été jugée irrecevable par la justice française. Celle-ci avait précisé dans son arrêt de la cour suprême, qu’un État étranger n’avait pas qualité à porter plainte en France contre un citoyen Français.
Il évite cependant de rappeler que dans ce même arrêt, la cour a déclarée que les plaintes pouvaient être recevables si elles émanaient d’institutions étrangères. Ce qui a été initié cette fois par le Maroc en déposant ses recours au nom des institutions visées par les diffamations.
Au moyen de cet article à charge contre les institutions du Royaume, ce journaleux s’érige en avocat engagé pour la cause Mediapart, Forbiden stories & co. C’est certainement le prix à payer pour sa résidence légale en France. C’est aussi une contre partie d’une notoriété biscornue dans ce pays de Coluche. Eh oui, cet humoriste français qui avait bien dit : on n’est pas payé pour ce qu’on vaut mais pour ce qu’on rapporte.
Lamrabet semble oublier que le Maroc est le pays où il a ouvert les yeux, ou il a respiré la première bouffée d’air, ou il a appris à marcher et à parler. On peut avoir tous les reproches du monde contre une personne ou une institution, mais jamais contre son propre pays ou contre son propre Roi. Malheureusement avec cet article de basse-cour, il s’est encore une fois démarqué par ses fourberies journalistiques.
On dit souvent qu’un bon journaliste vaut mieux que dix informations.
Là, on est incontestablement devant un pauvre journaliste qui n’arrive pas à donner une seule bonne information.
Mohamed Lazrek

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus