12.3 C
CASABLANCA, MA.
28 janvier 2023
ACTUALITÉSFlash InfosgouvernementSOCIETE

Akhannouch au Parlement : des réalisations défendables et des projections réalisables

LE GOUVERNEMENT EST PLEINEMENT MOBILISÉ AFIN DE TRADUIRE SES ENGAGEMENTS EN MESURES AYANT UN IMPACT CERTAIN SUR LE VÉCU DES CITOYENS. C’EST CE QU’IL A FAIT DEPUIS SON INVESTITURE, IL Y A UN AN, ET C’EST CE QU’IL FERA LE LONG DE SON MANDAT
L’intervention, lundi 24 octobre, du Chef du gouvernement devant la première Chambre dans le cadre de questions générales de politiques publiques, est assurément différente de toutes les autres. Elle marque d’abord la fin de sa première année du mandat et c’est donc l’occasion de présenter le bilan. Elle intervient également alors que le gouvernement vient de présenter le tout premier projet de loi de Finances qui porte entièrement son empreinte. C’est également l’occasion d’en passer en revue les grandes lignes avant que les députés ne passent à son examen de manière plus poussée.
Les premiers mots du chef du gouvernement disent tout sur sa détermination à mener à bien sa mission, tout en marquant sa différence avec ses prédécesseurs. Les promesses du gouvernement sont traduites en décisions, ses engagements sont ainsi tenus. C’est un gouvernement d’action qui prend l’initiative au lieu de se contenter de réagir aux circonstances. C’est un gouvernement qui bosse au lieu de passer son temps à alimenter des débats stériles. « Nous sommes là pour réaliser les attentes des citoyens, pour améliorer leur niveau de vie et c’est d’ailleurs le propre de toute politique publique », a notamment souligné Aziz Akhannouch.
De son intervention, trois messages essentiels sont à retenir. D’abord, le gouvernement veille à concrétiser tous ses engagements. L’impact des mesures qu’il a prises est ressenti dans le vécu de chaque ménage. Ensuite, l’Exécutif s’emploie à jeter les bases du civisme fiscal et de la gouvernance de l’investissement. Enfin, le gouvernement, malgré les difficultés, reste optimiste quant à la consécration du Maroc du progrès et de la dignité.
Le Chef du gouvernement a par ailleurs réitéré sa détermination à consolider les bases de l’État social, mais aussi à renforcer une économie génératrice d’emplois et surtout à mener à bout le chantier de la réforme de l’administration pour une meilleure gouvernance de la gestion des affaires publiques.
Aziz Akhannouch est ensuite revenu sur les mesures phares du PLF 23 que la ministre de l’Économie et des finances vient de présenter devant le Parlement. Il a évoqué surtout la généralisation de l’AMO avec pour objectif de permettre l’accès au régime unifié de l’assurance maladie, à compter du 1er décembre, à 4 millions de familles en situation de vulnérabilité. De même, d’ici fin 2023, le gouvernement généralisera l’aide directe sous forme d’allocations familiales, aux ménages identifiés comme répondant aux critères fixés. Cela, afin de contribuer à des conditions de vie dignes pour ces familles.
Engagement tenu envers les partenaires sociaux
« Nous avons toujours été favorables à l’aide directe, tant qu’elle n’est pas animée par « des visées politiques ou électorales », en droite ligne des orientations de Sa Majesté Le Roi, que Dieu l’Assiste, soulignant que la portée du registre social « dépasse de loin le cadre d’un programme gouvernemental pour un seul mandat et va au-delà d’une vision attribuée à un département ministériel, à un acteur partisan ou à un acteur politique », assure à ce propos le Chef du gouvernement.
Il est également revenu sur l’accord social du 30 avril dont les clauses sont concrétisées les unes après les autres, depuis l’augmentation du SMIG et du SMAG jusqu’à la revalorisation des salaires de certaines catégories de fonctionnaires et des salariés, fonctionnaires et retraités de la classe moyenne.
Par ailleurs, a souligné Aziz Akhannouch, « le gouvernement, profondément attaché au principe de la solidarité et toujours à l’écoute des besoins des familles à revenus limités, continuera à faire face aux répercussions des crises mondiales successives et consacre 26 milliards de DH aux dépenses de la compensation au titre du projet de loi de Finances 2023 ».
Bien sûr, l’une des principales actions du gouvernement qui se poursuit dans le cadre du PLF 23, c’est la réforme de la Santé. Le première chose que le gouvernement a entreprise, qui est d’ailleurs « une première », est l’introduction dans le circuit législatif de l’intégralité de l’arsenal juridique relatif à la réforme du système de santé, notamment le projet de Loi-cadre relatif au système national de santé et 5 projets de loi relatifs aux GST (Groupements sanitaires de territoire), la Haute Autorité de la santé, l’Agence nationale du médicament et des produits de santé et l’Agence nationale du sang. En parallèle, le gouvernement a veillé à l’amélioration de la situation financière des ressources humaines travaillant dans le secteur et la mise en place de nouvelles infrastructures, tout en procédant à la réhabilitation des établissements hospitaliers déjà existants.
Il en va de même pour la réforme de l’enseignement.  Ainsi, souligne le chef de l’Exécutif, « afin de poursuivre la mise en œuvre de la feuille de route pour la réforme du système de l’éducation, le gouvernement consacre 6,5 milliards de DH supplémentaires, ce qui porte le budget global dédié à l’éducation à plus de 69 milliards de DH au titre de la loi de Finances 2023 ».

avec la vie éco

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus