17.4 C
CASABLANCA, MA.
21 février 2024
ACTUALITÉSFlash InfosgouvernementSOCIETE

Taxation des Youtubeurs : les précisions de Mustapha Baïtas

Les créateurs de contenus sur la plateforme YouTube sont dans le viseur du fisc et devront bientôt mettre la main à la poche pour payer l’IR. Les formules d’acquittement de cet impôts ainsi que les catégories ciblées font actuellement l’objet de discussions et seront bientôt détaillées, selon le ministre chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas. Ce dernier s’est exprimé par ailleurs sur l’offre d’ovins destinés à Aïd Al-Adha et sur le nouveau statut unifié des enseignants.
Restés pendant longtemps hors du radar du fisc, les Youtubeurs se trouvent aujourd’hui visés par l’impôt sur le revenu. Interpellé par les journalistes sur une éventuelle taxation des créateurs de contenu sur YouTube, surtout après que des médias ont rapporté que plusieurs d’entre eux ont reçu des notifications pour régulariser leur situation vis-à-vis du fisc, le porte-parole du gouvernement a affirmé que «la norme est que toute activité, quelle qu’elle soit, générant des revenus, doit donner lieu à une contribution». M. Baïtas, qui s’exprimait lors du point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, a indiqué que les mesures visant à taxer les Youtubeurs font actuellement l’objet d’une sérieuse réflexion, et que «nous allons trouver les formules appropriées de sorte que lors d’un prochain point de presse nous vous fournissions plus de détails sur cette question, notamment quelles catégories seront ciblées et comment sera organisée cette opération».
Aïd Al-Adha : le gouvernement veille à assurer une offre suffisante
Par ailleurs, en réponse aux questions des journalistes sur les prix de vente des bêtes destinées au sacrifice, M. Baïtas n’a pas donné de réponse directe, tout en rappelant que Sa Majesté le Roi avait donné des instructions lors du dernier Conseil des ministres pour le lancement d’un programme de 10 milliards de dirhams destiné à soutenir les agriculteurs, notamment en matière d’alimentation du bétail, dont la facture a connu une hausse importante.
Dans le même sillage, le porte-parole du gouvernement a évoqué l’autre programme relatif à l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, rappelant également que la sécheresse a été l’une des principales causes ayant entraîné une baisse importante de la production agricole, puisque le volume d’eau destiné à l’agriculture, qui est d’environ 4 milliards de mètres cubes en temps normal, n’a pas dépassé 1 milliard l’année dernière.
Le nouveau statut unifié des enseignants finalisé avant l’été
Sur un autre volet, et concernant le secteur de l’Éducation nationale, M. Baïtas a indiqué que le nouveau statut unifié des enseignants devrait être prêt avant cet été. Le ministère de tutelle déploie beaucoup d’efforts de concert avec les syndicats pour faire en sorte que le statut apporte des réponses concrètes aux demandes du personnel éducatif et administratif, ainsi qu’au corps de l’inspection, a affirmé M. Baïtas. Et d’ajouter que depuis le 15 avril, cinq réunions ont eu lieu, et deux autres sont prévues ces jeudi et vendredi. Selon M. Baïtas, il a été convenu de tenir deux réunions par semaine afin que le nouveau statut voie le jour le plus vite possible.
En revanche, en ce qui concerne les poursuites judiciaires engagées contre les enseignants des Académies régionales, le porte-parole du gouvernement a dit que «le gouvernement ne peut s’immiscer dans les affaires qui relèvent du pouvoir judiciaire, puisqu’il s’agit là d’un pouvoir indépendant».
le Matin

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus