20.2 C
CASABLANCA, MA.
21 mai 2022
ACTUALITÉS Flash Infos gouvernement MIGRATION MRE SOCIETE VOYAGE

Rapatriement de 3 887 dépouilles de Marocains avec l’ouverture des frontières

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a confirmé la reprise du processus de rapatriement des corps des Marocains décédés à l’étranger qui avait été stoppé en mars 2020, suite aux mesures conservatoires du gouvernement marocain et des autorités compétentes prises dans le cadre de la pandémie de la Covid.
Cette annonce fait suite à la question écrite posée par la députée à la Chambre des représentants, Nadia El Kansouri du Parti de la justice et le développement, membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE et ayant trait « au rapatriement des corps de citoyens de la communauté marocaine décédés à l’étranger ». Le ministre a indiqué que le processus de rapatriement des corps des Marocains à l’étranger avait repris avec la décision de lancer l’opération exceptionnelle de l’ouverture des frontières et l’accès au territoire national aux citoyens marocains et à leurs familles qui se trouvent à l’étranger.
A cet égard, Bourita a révélé que les corps de 3 887 citoyens marocains décédés à l’étranger (hors infections Covid) ont été rapatriés, que les corps aient été déposés au préalable dans des chambres froides ou placés temporairement dans l’entrepôt du cimetière. Le ministre a en outre noté que durant la période de la suspension des vols depuis et vers le Maroc, le ministère a couvert les frais d’inhumation de plus de 322 des corps des membres de la communauté décédés à l’étranger qui étaient dans une situation vulnérable et n’étaient pas assurés à cet effet.
Le ministre a souligné que sa tutelle suivait la situation des Marocains résidant à l’étranger dans leurs diversités, en application aux directives du Roi Mohammed VI, qui accorde une attention particulière à cette catégorie de citoyens marocains, et ce, « grâce à une combinaison de processus et de programmes pour mettre en œuvre cette stratégie de suivi. Nasser Bourita a expliqué que le « Programme de rapatriement des corps des Marocains du monde » est un mécanisme qui vise à renforcer l’accompagnement social des groupes vulnérables des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger.
Dans le but d’assurer le fonctionnement optimal de ce programme, le responsable gouvernemental a indiqué que le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, en pleine coordination avec les missions diplomatiques marocaines et les centres consulaires à l’étranger, sont tenus de répondre immédiatement à toutes les demandes qui remplissent les conditions stipulées, selon un cadre de référence qui encadre cette démarche, dans un délai n’excédant pas 24 heures à compter de la date de réception de la demande.
Nasser Bourita a indiqué que dès que la vulnérabilité du défunt ou des membres de sa famille est actée l’autorité compétente au niveau central et des centres consulaires commence pour engager les procédures du processus de parrainage, des dépouilles des défunts marocains en situation précaire et/ou, ne possédant pas d’assurance l’Etat marocain prenant en charge les plus démunis et leur rapatriement.
Nasser Bourita a conclu en assurant que son ministère « a mis en œuvre ce programme avec une grande flexibilité et de manière fluide en coordination avec les missions diplomatiques et les centres consulaires du Royaume du Maroc dans les pays de résidence, sauf dans certains cas exceptionnels liés à des circonstances mystérieuses de décès, qui appellent à une enquête des autorités de sécurité avant la délivrance du certificat de décès ».
Des milliers de Marocains résidant à l’étranger ont perdu la vie depuis le déclenchement de la pandémie de la Covid-19 en mars 2020. Que ce soit le pays cette perte représente une double épreuve pour leurs familles, d’une part, la disparition d’un proche n’est jamais chose aisée, d’autre part, les restrictions sanitaires avaient compliqué le rituel de se retrouver en famille pour la cérémonie des funérailles.

hespress

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus