19 C
CASABLANCA, MA.
28 mai 2024
ACTUALITÉSAFRIQUEAlgérieBUSINESSFlash InfosMONDEPOLITIQUE

La candidature de l’Algérie aux Brics rejetée !

La candidature de l’adhésion de l’Algérie aux BRICS a été rejetée, l’Algérie n’a pas été retenue sur la liste des cinq pays candidats pour une intégration prochaine aux BRICS.
L’Algérie de Tebboune vient de subir un véritable camouflet ! La candidature aux Brics tant rabâchée par Tebboune et ses porte-voix est rejetée.
En revanche, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Indonésie, l’Égypte, l’Argentine sont tous sur la liste des prochains pays qui seront confirmés.
Nos responsables ont déjà été destinataires de la nouvelle, mais silence. Aucun média n’en rend compte. Pourquoi ce silence. Mais surtout pourquoi l’Algérie n’est pas accepté par le club des Brics ?
L’Algérie a été notée comme pays au PIB de 3500 dollars par habitant jugé beaucoup trop faible par l’Inde et le Brésil, un PIB indexé uniquement sur les recettes d’ hydrocarbures, à titre comparatif, l’Argentine elle possède un PIB par habitant de plus de 10000 dollars, ce qui la dresse logiquement en avance sur l’Algérie.
On ne triche pas avec l’économie sur le plan international, comme le font les dirigeants actuels face aux Algériens. Il y a des réalités qui ne trompent pas.
Maintenant, les éléments évoqués contre l’Algérie sont les suivants :
1. Aucune industrialisation ni vision à cet effet.
2. Aucune diversification économique observée ni projets concrets de l’état à booster le tissu industriel.
3. Pas d’exports ni de création d’emplois, pas d’émergence sur la scène financière internationale.
  1. Pas de système bancaire digne de la mission de croissance économique et un system fiscal archaïque.
5. Pas de réformes économiques et stratégiques pour relever les défis du 21e siècle pour un développement durable et diversifié.
En clair, tous les indicateurs d’une économie viable et digne de ce nom.
Par ailleurs, l’Algérie a été notée comme un pays vulnérable car éloigné des pays qui eux s’engagent sur la transition énergétique, ceux justement qui s’éloignent rapidement des combustibles fossiles.
L’Algérie a également été mal notée car elle n’a jamais rien engagé pour accélérer sa diversification économique. Ce qui contredit tous les discours officiels depuis l’intronisation de Tebboune à la présidence.
Avec un PIB de seulement 163 milliards dollars usd et de 3500 dollars par habitant, le tout indexé exclusivement sur les recettes pétrolières et gazières. Cette dépendance est une terrible faiblesse. Si les prix des énergies fossiles s’effondrent, l’économie algérienne s’effondre avec, donc l’Algérie n’a eu aucune chance de peser sur la table des évaluations des membres juges des BRICS, même avec le soutien russe pourtant présent et même celui de la Chine. l’Inde en revanche s’y est opposé. En août prochain, l’Afrique du sud accueillera le prochain sommet des Brics. C’est à cette occasion sans doute que les 5 pays acceptés y seront officiellement annoncés. Quant à l’Algérie, elle devra attendre sur le pas de la porte.
Alors Messieurs les dirigeants, qu’allez-vous nous raconter maintenant ? Sur qui s’appuyer pour rouler les mécaniques ?
Qu’avez-vous à proposer face à cet échec ? Pourtant le chef de l’Etat a tout fait et avalé toutes les couleuvres à Moscou pour essayer de lancer et soutenir cette initiative, mais les hommes et les atouts ne sont pas là.
Bravo ! Vous avez réussi le plus dur.
Yacine K.

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus