21.8 C
CASABLANCA, MA.
29 mai 2024
ACTUALITÉSFlash InfosgouvernementSOCIETETECHNOLOGIE

Transition numérique : Le Maroc formera 22.000 diplômés d’ici 2026

Le gouvernement lancera un nouveau programme de formation dans les métiers du numérique dans l’optique de former 22.000 diplômés à l’horizon 2026 et 50.000 lauréats à l’horizon 2030, dans le cadre du partenariat entre l’université et l’entreprise, a indiqué le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, le lundi 12 juin 2023 à Rabat.
S’exprimant lors de la séance mensuelle relative à la politique publique à la Chambre des représentants sur le thème « Enseignement supérieur« , Aziz Akhannouch a expliqué que de nouvelles filières de formation ont été créées dans le domaine de la construction aéronautique et automobile, afin de former des cadres et des compétences spécialisées capables de soutenir la compétitivité des secteurs productifs et d’accroître la capacité d’attraction des investissements étrangers, avec pour objectif de former 100.000 ingénieurscadres intermédiaires et techniciens supérieurs à l’horizon 2026.
Dans le secteur de la transition numérique, a-t-il poursuivi, un nouveau programme de formation a été élaboré afin de doubler le nombre de diplômés et répondre aux besoins actuels et futurs dans ce domaine et d’atteindre 22.000 diplômés à l’horizon 2026 et 50.000 lauréats à l’horizon 2030, précisant que le secteur du travail social connaîtra la formation de 10.000 spécialistes dans ce domaine d’ici 2030.
M. Akhannouch a également souligné l’importance d’impliquer les compétences marocaines à l’étranger dans l’enseignement et la recherche, au niveau des missions de la présidence des universités et des établissements d’enseignement supérieur, appelant à reconsidérer le programme « Fincome« , en incluant les exigences réglementaires dans le nouveau statut des enseignants-chercheurs, dans le but de renforcer l’attractivité du système d’enseignement supérieur, de recherche scientifique et d’innovation au profit de ces compétences.
Dans ce sens, il a relevé que l’ampleur des attentes nationales vis-à-vis de cette réforme attendue se mesure à la capacité à suivre le rythme des transformations majeures qui s’opèrent dans le Royaume et en harmonie avec les objectifs des chantiers de l’État sociale, mettant ainsi cette réforme à la tête des priorités et au service des autres agendas menés par le gouvernement, qui a par ailleurs lancé des programmes contractuels de formation qui consacrent le rôle de développement de l’université afin d’accompagner les besoins des stratégies sectorielles en termes de capital humain.
le matin

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus