12.3 C
CASABLANCA, MA.
28 janvier 2023
ACTUALITÉSFlash InfosSOCIETE

Aicha Chenna, une icône de la lutte pour le droit des femmes s’en va

« Mère courage », Mère Teresa du Maroc, la militante de la cause des femmes, Aicha Chenna s’est éteinte ce dimanche à l’âge de 81 ans.
Ambassadrice de la cause féminine et des droits des enfants qui a consacré sa vie au soutien des mères célibataires et des enfants abandonnés nous quitte après un long combat avec la maladie.
Aïcha Ech-Chenna, présidente fondatrice de l’Association Solidarité féminine (ASF), mène, depuis plus de 50 ans, un combat inlassable pour la promotion des droits des femmes et des enfants et un engagement sans limite envers les mères célibataires et les enfants abandonnés. Fondée en 1985, l’ASF a été la première association au Maroc à proposer des formations pour rendre ces femmes autonomes et capables de s’adapter à leurs situations malgré les réticences de la société. L’objectif de l’association est d’offrir aux mères célibataires, rejetées par leurs familles, des formations, de cours d’alphabétisation et d’un travail pour qu’elles puissent être indépendantes financièrement. Pour assister ces mères dans la vie professionnelle, plusieurs cantines, un restaurant, un hammam, une salle de sport et un salon de coiffure et des kiosques sont gérés par ces mères célibataires.

 

Son action a été soutenue et reconnue au Maroc comme à l’étranger. De tous ces soutiens, celui de S.M. le Roi Mohammed VI a été le plus déterminant, se félicite Mme Ech-Chenna. Elle avait ainsi déclaré : «S.M. le Roi m’a témoigné Sa Bénédiction et m’a donné la clé de la réussite de ma mission. Ses encouragements, Sa Haute Sollicitude et Ses gestes magnanimes renforcent ma conviction et me donnent chaque jour la force et le courage de continuer».

 

Bio-Express
Née à Casablanca en 1941, Aïcha Ech-Chenna part vivre à Marrakech avant de revenir à Casablanca en 1953. Orpheline de père très tôt, elle fait des études d’infirmière puis travaille comme animatrice d’éducation sanitaire et sociale. Elle a fondé en 1985 l’Association Solidarité féminine (ASF) pour la défense des droits de la femme et des enfants abandonnés.
Elle publie aux éditions Le Fennec le livre «Miseria», un recueil «d’histoires de victimes (petites bonnes maltraitées ou enfants abandonnés) qui a marqué l’opinion marocaine».

Articles Connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus